Il était une fois Beloeil …

Blogue 01-01

Il était une fois Beloeil …

L’avion a atterri le 2 Mars 2014 à l’aéroport de Montréal et sous une montagne de neige, j’ai eu la chance d’être accueillie par Sophie et Marie. À mon arrivée à Beloeil en tant que stagiaire, je ne connaissais pas du tout l’Arche. Je m’étais informée sur les sites internet des communautés des Arches au Québec mais c’était tout. Dès mon premier jour dans ma nouvelle demeure, le foyer l’Envolé, j’ai été super bien accueillie par les personnes vivant avec une déficience intellectuelle (personnes accueillies) et les assistants présents ce jour-là.

Au fil des jours, les personnes accueillies m’ont aidé, orienté, accompagné dans la découverte des foyers, de la communauté et même de la ville « sans un centre ville !!! ». Rapidement, je me suis aperçu que les personnes présentant une déficience intellectuelle n’étaient pas accueillies à L’Arche mais qu’elles accueillaient plutôt les assistants, ces personnes d’un peu partout dans le monde qui habitent dans les maisons avec elles. Tout au long de ces 3 mois très très froids, je me suis sentie dans une grande famille qui prenait soins de chacun de ces membres qui la compose, incluant même nos deux chiens « Charlie et Harley ».

J’ai vécu 3 mois à l’Envolé où nous avons pu partager des moments comme les repas, les routines du matin ou du soir, les collations, des moments chaleureux de tous les actes de la vie quotidienne, avec des émotions fortes, des rires, de la joie, des coups de cœur, de l’amitié, de l’entraide, de la loyauté, des attachements, de l’amour, de la curiosité, du dévouement, de la solidarité… Mais nous avons également partagé des moments difficiles pour chacun d’entre nous, qui nous rappel des sentiments de tristesses, des souvenirs éloignés, de la frustration, des prises de tête, des colères. Cependant, avec de la patience, de l’écoute, de l’entraide et du soutien, nous avons pu à chaque fois trouver une solution qui apaisait les soucis, les peurs et les contrariétés dans les esprits.

Cela n’est pas évident de pouvoir s’adapter en quelque mois à un mode de vie autre que le sien et surtout avec des personnes que l’on ne connaît pas, mais ce que je trouve le plus important c’est de rester soi-même. Si l’on a du SAVOIR ETRE et du SAVOIR VIVRE, on est capable de s’adapter à différentes situations tout en étant volontaire et motivé. Je suis convaincue que toute personne, avec ses qualités et ses dons, peut sur un coup de tête décider de vivre autre chose que sa vie actuelle.

Je n’ai pas eu le temps de dire ouf! Que je devais déjà repartir en France. Mais je savais que ce n’était pas un adieu, plutôt un au revoir car j’avais dit « OUI » à la responsable de la communauté pour revenir passer 1 mois et demie pendant les vacances d’été. En attendant mon deuxième départ, j’assistais à mes cours en pensant aux 3 mois passés à Beloeil avec Sophie, Patrick, Charles, Marlyn, Yancey ainsi que Dariusz et Joseph. Çe fût très difficile de me remettre à l’étude; ne plus faire les routines avec les personnes ou d’être avec mes nouveaux amis de L’Arche, ils me manquaient énormément, car je m’étais attachée à tous dans la communauté.

Enfin de retour au Québec à Beloeil le 1 juillet 2014, le jour de la fête du Canada. J’avais vraiment hâte de revoir tout le monde! La communauté et tous les amis m’avaient réellement manqués, et je réalisais soudainement le vide en moi qu’avait créé mon départ quelques semaines plus tôt. Durant les 3 semaines de vacances d’été, nous nous sommes tous retrouvés et c’est à ce moment là que j’ai pu mieux connaître les personnes des autres foyers ainsi que les autres assistants de L’Arche Beloeil. Probablement parce que nous étions dans un autre lieu, avec de nouveaux paysages, une ambiance différente toute la communauté ensemble! J’ai vraiment trouvée la première semaine géniale et amusante, dans un grand chalet au cœur de la forêt, avec des binômes et des trios qui se complétaient bien. C’est lors de ces vacances que j’ai connu Maryse, ma compagne de vacance. Cette rencontre m’a aussi permis de développer ma capacité d’adaptation et d’en apprendre un peu plus sur moi-même. Les deux semaines qui suivirent furent moins mouvementées, à part les transitions entre les semaines qui furent rapide mais il faut savoir s’adapter! Cela ne nous a pas empêché d’en profiter, de rigoler et de s’amuser.

Les vacances vite passaient, il fallait déjà penser au retour au travail et bientôt au retour définitif vers la France!

Lors de mes deux séjours j’ai pu observer le travail fait à l’atelier d’Art « Le Pot-en-Ciel », c’est un lieu de créativité, de repos, de détente, pour les personnes qui y viennent. J’ai également eu la chance d’apprendre à accompagner les artistes dans leurs démarches artistiques. Et que dire des heures passées avec Maryline la secrétaire, Josée la responsable du Pot-en-ciel, Guylaine la créative, de Valentine la coordinatrice des foyers et de Marie la directrice! Des femmes qui chacune à leur façon m’ont soutenu et fait grandir.

Cet article reflète tous les souvenirs et les sentiments que j’ai en mémoire. Cela est très difficile d’expliquer ce que j’ai pu vivre et ressentir durant ces 5 mois mais une chose est sûr: je ne vous oublierai jamais! Vous êtes toutes des personnes très importantes dans ma vie.

Je ne vous oublierai jamais.

Retour au blogue