La personne

« Il y a un sens à la vie de chacun. » Cette phrase de Jean Vanier résume assez bien notre vision de la personne qui présente une déficience intellectuelle. À la base de toute croissance humaine, il y a l’acceptation de soi-même. Découvrir sa valeur au-delà de ses faiblesses. Croire en soi, en sa propre beauté. Ce n’est facile pour personne, encore moins si on a le sentiment d’avoir été une déception.

Selon les statistiques, il y a 3% de la population qui présente une déficience intellectuelle. Cela signifie énormément de gens, l’équivalent de villes entières. Comment inclure tout ce monde dans une société qui fragilise ses liens? Comment aller à la rencontre de celui ou celle qui est différent, vulnérable et apparemment moins rentable ?

Bien sûr, une personne moins autonome et plus lente sera moins productive, mais ça ne l’empêche pas de travailler et de faire sa part dans la société.  Et tout n’est pas rentable que dans les chiffres et l’argent. Nous découvrons qu’il y a une valeur à la simplicité, à la joie, à l’accueil, à la fragilité…  Le message à transmettre est celui de la valeur unique de toute personne. C’est aussi ça la rentabilité.

Parce que notre société a besoin d’exemples tangibles d’humanité, de gens qui savent rester fidèles aux toutes petites choses pour nous ramener au sens du travail, au concret, à la bonne humeur, au partage et au meilleur de nous-mêmes. Il faut leur faire une place.  Ces personnes peuvent nous faire un bien inestimable.

Liens et Ressources